Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Inutile!

 

Bonne nouvelle, les chasseurs sont inutiles! Bon, il y en a qui le savaient déjà, mais sûrement que certains n’en étaient pas encore convaincus.



Pourtant, les évidences sont là : primo, C’est dans les parcs nationaux ousque les chasseurs sont prohibés que la faune se porte le mieux.

Secundo : le canton de Genève, en Suisse*  vient de fêter ses quarante ans sans chasseurs et ils en sont très contents, visiblement. Voici un texte tiré du site du canton (ge.ch) :

 »

GENÈVE SANS CHASSE DEPUIS 1974
En 1974, suite à une initiative populaire lancée par les milieux de protection des animaux, le peuple genevois a voté l’interdiction de la chasse sur tout le territoire du canton de Genève. Depuis, la situation genevoise est régulièrement au centre des débats chasse et anti-chasse dans toute l’Europe.
Sur place, après un quart de siècle, le bilan est globalement très positif:

Au niveau des oiseaux d’eau, le nombre d’hivernants a plus que décuplé et il n’y a jamais eu une telle richesse et diversité de canards sur notre lac et nos cours d’eau.
 
Au niveau de la petite faune (petit gibier), les densités de lièvres du canton comptent parmi les plus élevées de Suisse et on n’a jamais fait autant d’efforts pour conserver l’habitat des dernières populations nationales de lapins et de perdrix en collaboration avec l’agriculture.
 
Au niveau du grand gibier, les populations d’ongulés se portent bien, le chevreuil est présent dans la plupart des massifs, le cerf a pris pied sur le canton et se développe favorablement et le sanglier est aussi solidement établi.
 
Le public intéressé par la faune se réjouit de pouvoir observer facilement une telle diversité d’espèces sur le canton et tout le monde apprécie de pouvoir se promener toute l’année dans nos campagnes sans dérangement ou risque d’accident de chasse.
 
Les tirs de régulation effectués par les gardes pour limiter les animaux posant des problèmes importants (les sangliers en particulier) sont réalisés avec professionnalisme de manière à causer un minimum de stress et de souffrance, ce qui les différencie nettement des battues pratiquées dans les régions avoisinantes.
 
Au niveau des dommages et à l’exception des dégâts causés par une seule espèce : le sanglier, ils sont restés à un niveau tout a fait acceptable pour les agriculteurs. Pour le sanglier, les dégât ont atteint des sommes considérables dans les années 2000-2002, ce qui a nécessité la mise en place d’une nouvelle gestion de l’espèce. On rappellera toutefois que de nombreuses autres régions (dont une dizaine de canton de Suisse) sont actuellement confrontées à des difficultés de gestion de l’espèce.
 
Sur le terrain, le corps des gardes de l’environnement réalise une part importante de la gestion de la faune. Cette gestion (observation, surveillance, prévention des dégâts et régulation) représente environ l’équivalent de 3 postes à plein temps et ne représente qu’une petite fraction du budget cantonal de la protection de la nature.
Si le bilan genevois de gestion de la faune sans chasse est largement positif, il va toutefois de soi que cette expérience ne peut être extrapolée telle quelle à des territoires différents (du point de vue géographique et/ou culturel). »

 

Pendant ce temps, en France, on envoie les chasseurs faire de la propagande dans les écoles.

 

* Bon, il n’y a que le minuscule canton de Genève qui a fait ça, ailleurs on chasse et on tire des loups comme chez nous!

 

 

Il arrive!

 

Si vous habitez dans les Alpes, vous êtes au courant depuis longtemps, si vous êtes franc-comtois, vosgien ou cévenol, vous le savez sans doute… mais les autres? quand va-t-il leur tomber dessus?

 

 http://www.ferus.fr/wp-content/uploads/2010/06/carte-loup-FERUS-2015.jpg

 http://www.ferus.fr/wp-content/uploads/2010/06/carte-loup-FERUS-2015.jpg

 

Ardennais, bourguignons, parisiens… rentrez vos brebis, gardez vos enfants, planquez vos agneaux car le voilà, il arrive, il sort des bois : le loup!!  Enfin presque… En 22 ans, il a occupé un bon tiers est du territoire français. L’expansion des forêts, l’ouverture du bientôt Parc National de Bourgogne-Champagne, à l’orée de ces deux régions ne pourront que faciliter l’avancement des loups en France. Les chasseurs peuvent manger leur casquette fluo, il est là et bien là, et contrairement à ce qu’ils prétendent, fait bien peu de dégâts comparé à leurs chers sangliers (d’ailleurs l’installation de populations de loups ne pourra que contribuer à la limitation des cochons sauvages et autres ongulés brouteurs de jeunes pousses).

 

Rassurez-vous, citadins et néo-ruraux, vous pourrez continuer à vous promener dans les forêts, une meute de loups restera toujours (et de loin) moins dangereuse qu’une bande de chasseurs avinés.

 

Alors réjouissez-vous, voilà le loup!

 

 

 

Pour les bretons, les prévisions les plus optimistes tablent sur 2050, pour voir la queue d’un loup. Heureusement, pour patienter, Drosophile  vous a concocté un beau numéro  spécial Loup et Chien à se procurer d’urgence!

 

 

 

Le nuisible

 

Trente fois plus sauvage qu’une bande de loups affamés, ou même qu’un tigre mangeur d’homme. Quelle est cette bête affreuse en liberté_?  Un loup-garou_? Un Golem_? Un Minotaure_? Kingkong_? Godzilla_? Dracula_?
Allez, je vous aide_: normalement, il ne sévit que de septembre à février… Il est vert… parfois avec une casquette orange fluo sur la tête… Il sent souvent l’alcool… alors_? C’est… c’est…

 

 

 

 

…le chasseur, bien sûr!

 

 

En 2012, il a tué 57 personnes vaquant dans  nos bois et nos forêts. En 2011_: 42 victimes, dont  4 malheureux promeneurs qui n’avaient rien demandé.  2010_: 18 à  34 morts selon les sources. 2009_: au moins 19. Ces vingt dernières années, ce prédateurs hantant nos forêts françaises a tué sauvagement de 600 à 634 personnes  (selon les sources) soit 30 à 32 morts par an en moyenne. sa sauvagerie est telle qu’il ne fait pas de différence entre un promeneur, un cycliste ou un automobiliste. Il s’attaque vraiment à tout!

 

Entre 1997 et  2014 on a répertorié parmi les victimes (mortes ou blessées) : 41  promeneurs, 17 cyclistes, 2 cavaliers (pour confondre un cheval avec un chevreuil, il faut être sacrément myope!), 15 automobilistes (et je ne parle pas de ceux qui parviennent à confondre une voiture avec un sanglier!), 21 cueilleurs et  66 « autres » (là, j’ai beau chercher, j’ai du mal à trouver de qui il s’agit -puisque cette liste officielle de l’ONC comprenant uniquement les non chasseurs- des bébés? des gens en chaise roulante? des cantonniers? des gardes-chasses? des véliplanchistes?).

 

Oui mais, tout ceci, direz-vous ne sont que les victimes malheureuses et collatérales  de l’important travail de protection de la nature effectué par  nos braves chasseurs.

 

En France 91 espèces sont « chassables » contre 56 en Italie (2eme après la France) 30 en Allemagne et 21 en Belgique. Une étude -pas trop récente de l’ONCFS indique qu’en une saison, 30 millions de bêtes sont abattues…  Parmi elles, environ  500 000 chevreuils et autant de sangliers, mais surtout  5 millions de faisans (d’élevage) et autant de pigeons ramiers.
Justement, direz-vous encore, en mass… euh éliminant ainsi ces animaux, nos amis les chasseurs régulent efficacement les populations qui, sinon, causeraient de considérables dégâts aux forêts et aux cultures!
C’est vrai que les chevreuils et les sangliers peuvent occasionner des pertes importantes. Les dégâts dus aux  seuls sangliers donnent lieu à des indemnisations d’un total de  20 millions d’euro chaque année. Vingt millions d’euros en partie pris dans les caisses de l’état, donc nos sous.  Alors, s’il n’y avait pas ces courageux chasseurs, vous imaginez les pullulations de sangliers et autres bêtes à cornes?
Le problème c’est que, depuis que l’on a confié à ces braves défenseurs de la nature la gestion de la faune sauvage, les effectifs se sont envolés! On ne peut pas dire qu’ils régulent trop! Le graphique vous donne un aperçu de cette évolution
Il faut dire, que trop de sangliers, ça les arrange, c’est plus facile  à tirer.

Pour « réguler », ils distribuent de la nourriture à ces bêtes, parfois, ils vont jusqu’à leur réserver des champs de maïs (sans parler de ceux qui s’amusent à lâcher des sangliers semi-domestiques…).
Sachant qu’une laie, mieux elle est nourrie, plus elle fait de petits, c’est facile de comprendre cette multiplication par  5 en 20 ans!
Ce fut d’autant plus efficace que le seul ennemi naturel du sanglier, le loup, est absent de la plupart des régions. Bref, les 20 millions, que nous payons pour réparer les dégâts, c’est biens  aux chasseurs qu’on les doit (même si, une partie des indemnités est payée par les fédérations de chasse).

 

Le nuisible, celui qui est à l’origine de sérieux déséquilibres dans la nature, qui peut aussi largement contribuer à la disparition d’espèces (l’ortolan, le lièvre, l’eider sont des « gibiers »  dont les effectifs sont en chute importante) c’est donc bien lui, le chasseur du dimanche (et des autres jours).

 

 

 

 

 

L'abc canin

 

Qui est le plus connu, Milou, Idéfix ou Rintintin? Qui est le plus rusé? le plus inventif? le plus paresseux ou le plus courageux? pour le savoir, voici un petit ABC des célébrités canines… pour le plaisir

 

 

 

A

 

Attila : c’est un obscur chien policier qui fume le cigare et mène des enquêtes façon Sherlock Holmes. C’est une BD  de Derib et Rosy

 

 B

 

Balto : un husky qui mena un traîneau transportant des médicaments dans une petite ville perdue de l’Alaska en 1925, en plein blizzard. On en a aussitôt fait un héros comme les aiment les amerlos : courageux, entreprenant et sauveur du monde.

 

 

 

Belle : c’est un gros patou des Pyrénées copain avec un garçon à qui il arrive plein d’ennuis.

 

 

 

 

 

Bill : cocker facétieux en général accompagné d’un petit rouquin nommé Boule (une bédé de Roba).

 

  

 

Bruno : Voilà un des plus bel exemple de chien imaginaire. Tellement bien caricaturé qu’on jurerai l’avoir déjà rencontré. C’est dans le film « les triplettes de Bellevile » et c’est un petit chef-d’œuvre de toutou.

 

 

 

 

 

  C

 

Chien (le) : Un grand chien marron, à frange épaisse qui lui cache définitivement les yeux.  C’est un intellectuel qui lit beaucoup, et invente diverses choses improbable. Sa véritable profession est chien de berger, mais il a eu la malchance de tomber sur un troupeau ingardable, alors il compense. Une création de F’murrr pour le génial génie des alpages, bien sûr!

 

Clochard : un chien clochard de race indéterminée qui fricote avec une cocker snobe et assez gnangnan. du Walt Disney  pur jus…

 

Coyote : un canidé très inventif mais assez malchanceux persuadé qu’il n’y a rien de meilleurs à manger que le coucou des routes (alias Bipbip)

 

 

 

 

Croc-Blanc : Fils d’un loup et d’une chienne, il vit la vie difficile du temps des chercheurs d’or du Klondike, embarqué dans des combats féroces organisés par les mineurs, il finit sa vie tranquille dans une famille pépère. Un roman de Jack London.

 

Cubitus : un chien portant un nom d’os…  C’est surtout un chien parlant, un peu obèse, qui se sait héros de BD (de Dupa).

 

 

 


 

 D

 

 

 

Diabolo : l’ami fidèle de Satanas, pilote machiavélique des fous du volants.

 

Dingo : De son vrai nom Goofy goof, ça semble être une sorte de chien, second rôle et ami de Mickey. Bien qu’assez niais, il en existe une vesion « super-héros » dans le journal de Mickey, ce qui montre que, même parti de très bas, on peut réussir.

 

 Droopy : chien neurasthénique de Tex Avery, souvent impliqué dans des affaires louches.

 

 

 

 

 

 

 G

 

Gai-luron : Son air encore plus déprimant que Droopy est un leurre, c’est un sacré farceur -à l’image de son maître, Gotlib! Il aura 50 ans cette année!

 

Grand loup : un loup acharné à vouloir manger trois cochons musiciens.

 

 

 

 

Gromit : compagnon de Wallace, un anglais typique, il est muet (ce qui nous change) mais au moins aussi bricoleur que son maître.  C’est un des rares chien à savoir tricoter.

 

 

 

 

I

Idéfix : un des plus célèbres chien, apparu par hasard au coin d’une charcuterie lutécienne, il est aussi petit que son maître est gr… euh enveloppé. Bizarrement il ne joue aucun rôle dans les histoires, mais, on ne l’oublie pas, et quand il n’a pas eut le droit de venir, il manque… allez comprendre!

 

 K

 

 
Kador : chien improbable, fan de Kant (il ne lit que ça, d’ailleurs)  venu relever le niveau intellectuel du couple Bidochon (une bd de Binet). C’est aussi une chaise chez les bretons.

 

 

 

Killer : une sorte de bouledogue au mauvais caractère qui n’aime pas les chats, surtout ceux nommés Tom ou Sylvestre.

 

L

 

Lassie : encore un chien, une chienne plutôt,  qui est prête à sauver le monde. Les étasuniens sont incorrigibles! (détail amusant : dans tous les films, le rôle de Lassie fut tenu par des mâles qui ne perdent pas leur fourrure au printemps… heureusement que le colley est  à poils longs!)

 

 

 

Loulou : un jeune loup gentil, copain avec un lapin qui a tout de même un peu peur de lui. une histoire de Grégoire Solotarreff .

 

Le loup de Sylvain et Sylvette (et le renard aussi) : Sylvain et Sylvette sont deux enfants propriétaires d’une petite chaumière dont les animaux sont régulièrement embêtés par les quatre compères de la forêt : Loup, Renard, Ours et Sanglier. Renard se croit malin, a toujours plein d’idées pour réussir ses mauvais coups qui ratent à chaque fois. Loup est assez bon bougre, en fait, il veut bien suivre les plan de Renard, mais reste toujours méfiant. Finalement, dans cette histoire, Le loup est plus fin que le Renard!

 

Une bande dessinée créée en 1941 par Maurice Cuvillier et reprise à sa mort, en 1956, par Jean-Louis Pesch.

 

 

 

Le loup de Tex Avery : un beau gosse très porté sur la chose qui a une indéfectible tendance à s’exorbiter dès qu’il voit une jolie rousse… D’un côté, on le comprend…

 

 

 

 

 

 M

 

 

 

Milou : La star  des canidés, la vedette mondialement connue de la clique canine. courageux, entreprenant, intelligent (assez gourmand et quelque porté sur la boisson aussi, mais, bon) le chien de Tintin mérite amplement ce stataut pour le nombre de fois où il a sorti son intrépide maître de la panade. Ce petit chien de style  fox-terrier est aussi très expressif : il ne parle pas à d’autre que lui-même, mais aboie et sait toujours se faire comprendre des humains. C’est sans doute cet aspect là qui  fait son charme.

 

 

Mini-Loup : le petit loup tout fou. Il est rudement sympa ce Mini-loup, impertinent à souhait, pas nunuche , il fait le bonheur des gnenfants qui suivent ses histoires en se poilant.

 

 

 

P

 

 

 

 

 

Pif : le seul chien communiste devenu célèbre et capitaliste, ce qui ne lui a pas réussi, puisque sa tentative de résurrection n’a guère duré.

 

 

 

Pluto : le chien  de Mickey, animal un peu benêt, pas toujours très adroit, assez joueur et finalement sans caractère très défini…

 

 

 

 

 

Pollux : lui, c’est un original, une sorte de chien-saucisse à poil très long, à gros nez et d’origine franchement britannique, si l’on en croit son accent. il a aussi la particularité de ne se nourrir que de sucre, ce qui est un très mauvais exemple pour la jeunesse, public à qui il s’adresse. Mais bon, doit-il vraiment être un exemple pour la jeunesse?

 

 

 

 

R

 

Rantanplan : encore une célébrité! Le chien le plus bête de l’Ouest. Le plus obéisssant aussi, puisqu’il est capable de rester la moitié d’un album couché tant qu’on ne lui a pas donné l’ordre de se lever. ça force l’admiration!  C’est un chien très sympathique.

 

 

 

Renart : il faut rendre hommage à Maître Renart qui a légué son patronyme à touteson espèce (les ex Gouopils, Vulpes vulpes). Ce petit nobliau de province mérite que l’on relût ses folles aventures.

 

 

 

Rintintin  :  il est un peu le pendant cinématographique de Rantanplan, en plus militaire, plus américain et donc beaucoup moins drôle.

 

 

 

 

 

 

 

S

 

Scoubidou : un dogue aussi grand que bête, à l’image de ses compères humains, rescapés de Hippie-land, et des histoires dans lesquelles il sévit. Ce qui est remarquable c’est que plus de 400 épisodes ont été réalisés qui, à peu de chose près racontent tous la même histoire (à la fin on s’aperçoit que le monstre était une machine téléguidée par un psychopathe  monomaniaque.).  C’est à croire que les téléspectateurs sont long à la comprenette…

 

  Snoopy : Chien philosophe vivant sur le toit de sa niche.Résultats de recherche d'images pour « snoopy »

 

Y

 

 

 

Ysengrin : le loup, compère et faire-valoir malchanceux (et pas toujours très futé non plus) de Maître Renart.